• Patient
  • IBODE
  • IDE

Pandémie en cours

Informations importantes aux opérés

Aspect schématique du virus Covid19

Publié le 23.03.2020

Le virus responsable du COVID-2019 pour (Coronavirus disease 2019) est un nouveau coronavirus découvert dans la ville de Wuhan dans la province de Hubei en Chine en décembre 2019. Si la majorité des cas actifs et des décès se trouve en Italie, L'épidémie s'étend à de nombreux pays, dont la France.

Comment cela s’attrape ?

Les données de la littérature nous renseignent désormais sur la présence incontestable d'une transmission interhumaine directement par voie respiratoire et aussi de manière indirecte par contact avec des surfaces inertes (mains → muqueuses). La période d'incubation semble être de 5 jours en moyennes (2 à 12), avec un  temps de doublement de l'épidémie de 6 à 7 jours. 

Quels sont les symptomes ?

La symptomatologie clinique est variable avec la survenue de formes non graves comme la présence d'infections des voies aériennes supérieures (rhinopharyngite, toux, ...), conjonctivite, syndrome pseudo-grippal avec céphalées, myalgies, asthénie et parfois diarrhées. Il y a des formes peu symptomatiques (fièvre, toux) et des formes graves : pneumonie, détresse respiratoire.

Est ce que c’est grave ?

Le taux de mortalité de l'infection est estimé à moins de 1% dans  des conditions optimales de prise en charge et en cas d'absence de comorbidités . La présence de comorbidités est suceptible de favoriser une évolution péjorative de la maladie. Il s’agit entre autre de l’obésité morbide (IMC au dessus de 40) mais aussi des pathologies en lien avec l’obésité comme l’apnée du sommeil, l’hypertension et le diabète. Une prudence particulière est à observer dans ces cas. Une immunodepression causée par une perte de poids majeure ou par des carences non corrigée est suceptible d’agraver la maladie.

Quel est le traitement ?

Le traitement est essentiellement symptomatique (faire baisser la fièvre avec du paracetamol, apporter de l’oxygène en cas de détresse respiratoire ou même proposer une ventilation assistée). Certaines molécules semblent avoir une activité sur le virus comme la chloroquine (antipaludéen) ou l'association Lopinavir/Ritonavir déja utilisée dans le VIH, et le remdesivir, antiviral en évaluation.

Comment renforcer le systéme immunitaire anti-virale ?

Des mesures simples sont prépondérantes dans le bon fonctionnement du système immunitaire. Ce sont la qualité et la durée du sommeil, la gestion du stress et l’activité physique régulière. D’autres facteurs sont utiles au maintien d’une bonne défense immunitaire comme la flore intestinale. Une prise de probiotique permet de la restaurer en cas d’agression. La vitamine C grâce a son effet anti-oxydant diminue l’action néfaste des radicaux libres. Le magnesium est aussi utile aux défenses immunitaires dans la mesure ou il participe à de nombreuses réactions biochimiques impliquant le métabolisme du glucose et la formation des acides nucléiques. Enfin il faut s’assurer que l’on a un taux normal de vitamine D. Cette vitamine, en dehors de favoriser l’absorbtion du calcium, permet la réparation de l’ADN et influence la longueur des téloméres ce qui joue un rôle important dans les réponses aux agressions bactériennes et virales.

Comment éviter la contamination ?

Il faut impérativement respecter les gestes barrières. A savoir : rester à son domicile, se laver les mains, tousser dans son coude, éviter de se toucher le visage et garder une distance d’un métre avec son voisin. Il est aussi conseillé de nettoyer régulièrement votre smartphone et votre matériel informatique. En période de confinement, l’utilisation intensive des telephones mobiles expose à plus de souillures diverses plus ou moins contaminantes. 

 

En cas de doute référrez-vous a votre médecin traitant et/ou prenez contact avec notre secrétariat pour une téléconsultation  au : 02 57 24 03 03