• Patient
  • IBODE
  • IDE

Vers une amélioration de la qualité de la chirurgie

La chirurgie ambulatoire

La chirurgie viscérale est de plus en plus pratiquée en ambulatoire. Alors que la durée de séjour pour une cholécystectomie (ablation de la vésicule biliaire) était en moyenne de une semaine dans les années 80, elle est maintenant de quelques heures. Le patient entre tôt le matin à l'hôpital, puis est opéré dans la foulée et sort dans l'après midi avec un traitement antalgique simple. Néanmoins cette prise en charge ne peut être mise en œuvre que dans des conditions précises bien définies.

Ce type de chirurgie, appelée par les anglo-saxons "day case surgery", répond à plusieurs objectifs:

  • au besoin constant de lit dans les établissements de taille moyenne
  • à l'amélioration des techniques chirurgicales et anesthésiques
  • à une faisabilité prouvée par d'autres équipes
  • à une économie de santé

Au Canada, dans un CHU (Sherbroock), 70% des cholécystectomies sont réalisées en ambulatoire.

Pour quels patients?

Pour que ce système fonctionne, il faut une prise en charge spécifique qui commence à la première consultation entre le patient et son chirurgien. Le patient est bien entendu "selectionné".

  • le patient doit être accompagné pour sa sortie et la première nuit post opératoire.
  • Il doit pouvoir utiliser un téléphone
  • Son domicile doit être à moins d'une heure de l'hôpital
  • Le (ou la) patient(e) doit pouvoir avoir suffisamment d'aide à domicile pour les 72 heures après l'opération

La pathologie du patient entre en ligne de compte. Il s'agit de patients en bon état général, sans traitement anticoagulant, ou de syndrome anxio-dépressif non stabilisé.

En cas de calcul de la vésicule:

  • il ne doit pas s'agir d'une cholecystite (pas d'inflammation trop importante de la vésicule)
  • le bilan hépatique doit être normal

En cas de hernie

  • la hernie doit être de faible volume
  • le patient ne doit pas avoir d'antécédents de chirurgie abdominale lourde

Si le patient satisfait à tous ces critères, la prise en charge débute dès la consultation par la prescription d'un savon spéciale pour la douche préopératoire et la prescription de l'ordonnance d'antalgique post-opératoire. Le patient doit surtout être convaincu de l'innocuité de cette technique.

Consultation d'anésthésie

Une consultation spécifique

Elle a lieu plusieurs jours avant l'intervention. L'anesthésiste vérifie les critères de choix du chirurgien et donne des informations spécifiques sur la prise en charge de la douleur, des nausées et des vomissements possibles en post opératoire.

Un "passeport" ambulatoire

Lors de cette consultation, l'anesthésiste élabore un dossier spécifique avec les derniers conseils et les conditions d'entrée dans le service.

Une visite des locaux

Une visite du service est possible en fonction des disponibilités du personnel hospitalier. En fin de consultation, elle est alors organisée en concertation avec les infirmières.

Cholecystectomie: le CHSB centre de référence

Voir le diaporama (juin 2013)

voir le diaporama FHF hopital EXPO (mai 2015)