• Patient
  • IBODE
  • IDE

La nutrition: un enjeu de santé publique

L'influence de l'alimentation sur notre état de santé est connue de tous. Que l'on s'intéresse à l'obésité ou a la dénutrition des patients hospitalisés, les mêmes carences de prise en charge sont constatées au fil du temps sans que l'on puisse vraiment agir efficacement sur ce phénomène.

Dénutrition des patients hospitalisés

Des données ont été publiées en 1979 qui sont encore d'actualité prouvent que 75% des patients dont l'état nutritionnel était normal à l'admission seront dénutris à la sortie. Ce constat est particulièrement vrai lorsque le séjour du patient dépasse une semaine.

Les outils diagnostiques

L'indice de masse corporel, la vitesse de perte de poids et des dosages biologiques simples (albumine et préalbumine) sont des bons marqueurs de l'état nutritionnel.

Le dépistage systématique

Le meilleur moyen de lutte contre la dénutrition est l'évaluation systématique dès l'entrée du statut nutritionnel. Cela ne peut se faire qu'avec un personnel qualifié, sensibilisé à ce problème dans des services ou l'alimentation est considérée comme un soin et non comme une tâche subalterne.

Le CLAN (Comité de Liaison Alimentation Nutrition)

La nutrition est devenue un enjeu de santé publique majeure. En effet des problèmes de nutrition sont souvent associés aux maladies cardio-vasculaires, aux diabète de type 2, à beaucoup de cancers et à une recrudescence de l'obésité. L'objectif du CLAN est de sensibiliser les soignants à ce problème et d'améliorer la prise en charge.

En savoir plus:

  • Dépistage de la dénutrition
  • Le CLAN

 

Un programme ambitieux "l'éducation thérapeutique"

Objectifs

La prise en charge de l'obésité au Centre Hospitalier de Saint Brieuc repose sur une éducation thérapeutique préalable à la chirurgie bariatrique. Le but est d'aider le patient à acquérir les notions de base lui permettant de comprendre et de gérer au mieux cette maladie chronique qu'est l'obésité.

Suivi diététique

Pour cela la première étape est de faire le bilan des connaissances diététique du patient tout en relevant ses principales erreurs. La diététicienne élabore ensuite avec le patient un programme personnalisé de suivi, sans imposer une alimentation trop restrictive mais plutôt en proposant des règles d'hygiènes alimentaires compatibles avec chaque personnalité.

Groupes de parole

Sur le schéma bien connu des addictologues des groupes de paroles, les patients pourront échanger et partager leurs expériences. Ce besoin d'échange entre patient se fait sentir au quotidien pour les patients actuellement pris en charge dans le service de chirurgie.

Comportement alimentaire

A l'issu d'une période d'éducation de 3 à 6 mois les patients sont revus conjointement par l'équipe diététique et psychologique, pour une évaluation de leur progrès. Plus que la perte de poids éventuelle, l'accent est mis sur l'amélioration de leur comportement alimentaire et sur leur « hygiène de vie ».

Mise en place du programme

Actuellement un programme spécifique autour de la chirurgie de l'obésité est en cours d'élaboration. Il fera intervenir autour de ce sujet des diététiciènnes, des psychologues, des kinésithérapeutes,des coach sportifs et des médecins. La mise à disposition pour les patients est prévue pour début 2013.