• Patient
  • IBODE
  • IDE

Abdominoplastie ou

Dermolipectomie

Une intervention délicate et minutieuse

Cette intervention est réalisée fréquemment dans les suites d'un amaigrissement majeur. Elle consiste à retirer l'excédent de peau et de tissu cellulo-graisseux du bas de l'abdomen. Cette intervention est délicate et parfois émaillée de complications.

Objectif

Il est de rétablir une silhouette abdominale compatible avec une activité normale dans les suites d'un amaigrissement important ou d'une grossesse. Le tablier abdominal, qui représente une véritable gêne, est enlevé et une reconstruction de la paroi est effectuée. L'ombilic est le plus souvent déplacé vers le haut d'une dizaine de centimètre.

Préparation

Le (ou la) patient(e) doit être en bon état sur le plan nutritionnel. Si une chirurgie de l'obésité a été pratiquée, le poids doit être stabilisé et les carences éventuelles corrigées. Un arrêt du tabac est requis pour permettre une cicatrisation correcte. Le port d'une ceinture de contention est primordial en post opératoire. Cette ceinture sur mesure sera commandée avant l'intervention pour être mise en post opératoire immédiat.

Avant le bloc opératoire le chirurgien dessine sur le ventre un "patron" prévisionnel en position debout pour optimiser le résultat esthétique. Cette prise de mesure a lieu soit immédiatement avant soit la veille de l'intervention.

Déroulement de l'intervention

Ce geste requière de 2 à 3 heures de bloc opératoire au chirurgien et à son équipe. La table doit être pourvue d'une rotule pour positionner le patient en position demi assise lors de la fermeture. L'incision inférieure est réalisée dans le pli inférieure de l'abdomen. Le décollement est poursuivi vers le haut jusqu'au rebords costaux. L'ombilic est incisé et préservé au niveau de sa vascularisation sous jacente. L'hémostase doit être particulièrement soigneuse. Le plan profond est inspecté à la recherche d'une éventuelle éventration sur un orifice de trocart qui sera réparé. Le nouvel emplacement de l'ombilic est choisi de manière adéquate et la fermeture peut commencer. Deux redons aspiratifs sont mis en place pour diminuer la fréquence des hématomes.

Suites opératoires

En l'absence de complications, elles sont simples permettant une sortie assez rapide. La cicatrice est protégée par un pansement qui est refait au deuxième jour post opératoire. La position demi assise du patient est souhaitable pour diminuer la tension de la peau abdominale. Le port de la gaine quasi en permanence est préférable le premier mois. Les redons sont otés 2 jours après l'opération sauf si ils donnent plus de 50 cc. la sortie est possible au troisième jour post opératoire. Le chirurgien peut laisser en place un redon pendant quelques jours qui sera géré par une infirmière à domicile. Il faut quantifier tous les jours le volume de sérosité produite au niveau du redon . L'ablation des redons est un geste peu douloureux fait par l'infirmière.

Le mois suivant la gaine est à conserver dans la journée et au troisième mois nous préconisons le port de la gaine lors des efforts plus intenses (courses, marche prolongée, travail difficile). Le port de charge lourde est contre indiqué le premier mois. L'arret de travail est de 1 mois en général à adapter a chaque cas particulier.

Il ne faut pas prendre de bain le premier mois post op. Une douche est en revanche possible rapidement après la chirurgie avant que l'infirmière ne refasse le pansement. L'eau de mer risque de creuser une éventuelle zone fragile et en cas de bain en piscine, ne restez pas plus de 5 minutes dans l'eau et séchez bien la peau dés votre sortie de l'eau.

La cicatrisation sera améliorée par le massage de la cicatrice dés l'ablation complette des agrafes ( J12). Les scéances de kiné ou les massages par le patient lui-même amélioreront l'aspect final de la cicatrice. N'hésitez pas a vous en faire prescrire par votre chirurgien ou par votre médecin traitant.

L'exposition au soleil est déconseillée pendant les 6 premiers mois. Il peut en résulter une coloration différente de la cicatrice et un aspect particulièrement visible. Dans tous les cas le résultat final ne sera à évaluer qu'a distance de l'intervention (1 an).

Complications chirurgicales

Il peut s'agir:

  • Hémorragie:

un saignement peut survenir après l'opération. Cela se produit rarement mais le chirurgien peut alors proposer une réintervention qui consistera à évacuer l'hématome et a suturer le vaisseaux responsable de l'hémorragie. Dans un tel cas, une transfusion est possible si l'hémoglobine chute exagérément.

  • Désunion cutanée

La peau étant très tendue et souvent fragilisée, une désunion localisée peut survenir. Des soins locaux par une infirmière à domicile suffiront à guérir la plaie. Cela peut prendre quelques semaines. Dans certains cas, la partie médiane sous ombilicale peut se nécroser en raison d'une vascularisation précaire des tissus. La cicatrisation mettra alors beaucoup plus de temps à etre obtenue (semaines ou mois) avec des soins locaux quotidiens par une infirmière.

  • Hématomes de paroi

Si l'hématome est peu important, il n'y a pas de geste chirurgical complémentaire à réaliser. L'hématome se résorbe en 2 à 3 semaines mais peut favoriser la constitution de collections sous cutanées.

  • Collections sous cutanées

Cette complication est fréquente. Le patient ressent la présence d'une tuméfaction fluctuante sous la peau. Parfois cette collection s'évacue spontanément par la cicatrice. Le liquide peut être abondant de l'ordre de 500 à 800 cc. Son aspect habituel est clair, citrin et non purulent. Si tel n'est pas le cas (aspect purulent), consultez rapidement un médecin. Le drainage de ce liquide permettra la guérison rapide.

  • Cicatrice inesthétique

Il ne faut évaluer l'aspect esthétique de la paroi qu'a partir de 4 à 6 mois. L'aspect inflammatoire disparaît progressivement et la cicatrice s'affine. Le résultat dépend beaucoup du degré de tension qui a été mis au départ par le chirurgien. Si la peau  est très tendue (ventre très plat), la cicatrice aura tendance a être plus large avec des points d'ancrage des agrafes plus visibles.

  • Excédent de peau sur les cotés ("oreilles")

Ces oreilles sont présentes si le chirurgien n'a pas été suffisamment en arrière au delà des crêtes iliaques. La technique utilisée latéralement est aussi un facteur favorisant  de la formation de cet excédent cutané d'ou l'importance du repérage préopératoire par un dessin approprié. Une reprise est possible à distance de l'intervention (pas avant au moins 6 mois).

 

 

Actus INTERVENTIONS

  • Hernie hiatale de gauche à droite

    L'intervention consiste à réduire la hernie (remettre l'estomac dans l'abdomen) et à rétrécir l'orifice (rapprochement...
  • Chirurgie en "LIVE"

    La chirurgie en direct « live » offre à tous la possibilité de regarder la chirurgie en temps réel. Ce procédé montre...
  • Cure d’eventration par voie mixte

    Cette intervention comporte un temps de chirurgie classique et un temps de chirurgie cœlioscopique. La fin de l’intervention...
  • Le format "6K" en videochirurgie

    La technologie 6K est maintenant disponible depuis peu au bloc opératoire. Les chirurgiens se sont habitués à travailler...
  • Cholecystectomie chez le super-obèse

    La coelioscopie a transformé le pronostic de ce type d'intervention. Il n'est plus nécessaire de faire de grandes incisions...

>> Toutes les actualités

Vidéos INTERVENTIONS

>> Toutes les videos