• Patient
  • IBODE
  • IDE

Un changement radical

Les modifications des habitudes alimentaires

Une fois l'intervention réalisée, l'alimentation est considérablement restreinte.

Les principales consignes à respecter sont

  • Manger lentement
  • Ne jamais forcer si l'on sent que cela ne passe pas
  • Ne pas boire pendant le repas mais plutôt avant et une dizaine de minutes après
  • Fractionner les repas (ajouter deux collations à 10h et 16h)
  • Favoriser les apports protidiques au dépend des graisses et des sucres

Il faut bien savoir que cette intervention

  • réduit la quantité d'aliment que vous pouvez absorber de l'ordre de 85%
  • entraîne une malabsorbtion (en cas de by pass) c'est à dire que les aliments sont éliminés avant d'être complètement assimilés.
  • réduit l'absorption des graisses et des vitamines liposolubles
  • peut être responsable d'un inconfort lors de la prise d'aliment très sucré ou très gras (dumping syndrome)

Quelques conseils sur votre façon de manger

Adapter la texture des aliments

La façon de reprendre son alimentation après l'intervention est importante pour le résultat à long terme. Une alimentation liquide est proposée au début pendant quelques jours puis une alimentation semi-liquide puis mixée et enfin moulinée avant de reprendre une alimentation normale. En cas de difficulté d'alimentation, ne pas hésiter à "retrograder", c'est à dire a repasser à une alimentation mixée voir même liquide. Dans ce cas une prescription d'oméprazole peut aider à retrouver un meilleur confort digestif.

Manger lentement

La façon de s'alimenter est aussi importante que ce que vous mangez. Il faut manger lentement et calmement pendant une période minimale de 45 minutes le midi et de 30 à 40 minutes le soir.

Manger souvent

Contrairement à ce qui est souvent dit, nous proposons souvent au patient de "grignoter" lorsque l'alimentation est insuffisante. Ce n'est pas du grignotage vrai mais plutôt un fractionnement alimentaire qui fait passer de 3 repas à 6 "petits" repas.

Ne pas vomir

Le patient opéré ne doit pas lutter contre la limitation gastrique par une prise alimentaire supplémentaire ce qui est souvent responsable de douleur. Les vomissements sont susceptibles d'abîmer le montage chirurgical. Le patient ne doit, en aucun cas, se faire vomir.

Accepter une restriction alimentaire radicale

La quantité admise pour le repas est celle que mangerait un enfant de 3 ans. Tous les patients éprouvent une réelle difficulté à accepter une telle contrainte. Cependant ce "mal est nécessaire" et les choses s'améliorent avec le temps. Il est aussi important de ne pas se coucher après le repas. La position allongée ralentie la vidange de l'estomac et crée un inconfort.


NB: il est impératif de respecter les consignes données par l'équipe médico-chirurgicale en particulier en ce qui concerne le traitement protecteur gastrique (inhibiteur de la pompe à proton de type MOPRAL)