• Patient
  • IBODE
  • IDE

Intervention de Hartmann

La colostomie qui est faite lors de cette intervention est provisoire.

Il est possible, et parfois relativement simple, de remettre le colon en continuité.

Vous pouvez consulter une vidéo d'une intervention de Hartmann     >

Principes de l'intervention

Cette intervention est réalisée le plus souvent en urgence quand la situation intra-abdominale ne permet pas la confection d'une anastomose (en cas de péritonite ).

Le principe de l'intervention consiste à enlever le segment de colon malade (où se situe la zone pathologique qui peut être soit un cancer soit une maladie de type sigmoidite diverticulaire perforée). Le segment distal (en général le haut rectum) est obturé et laissé dans le ventre.

Il y a toujours dans ce cas un système de drainage qui est soit une lame plastique multitubulée soit un drainage de type mickulitz comportant des compresses qui assurent un effet "buvard".

Suites opératoires

Au réveil

Lors de son réveil, le patient a un tube dans le nez qui correspond à la sonde gastrique, un tube dans la vessie qui correspond à la sonde vésicale et une perfusion sur cathéter central pour pallier à l'absence d'alimentation initiale et administrer les antibiotiques par les veines. Le traitement antalgique est également passé dans les perfusions.

Les jours suivants

Au troisième jour post opératoire, les pansements sont laissés à l'air. A cette date la lame de drainage peut être mobilisée (le système est légèrement mis en traction pour effondrer d'éventuelle collections adjacentes). Si la couleur du drainage ne s'est pas modifiée, la lame peut être raccourcie. Au cinquième jour post opératoire, la lame est retirée. Si le chirurgien a mis un sac de mickulitz et non une lame multitubulée comme système de drainage, il faut retirer le système lors d'une courte anesthésie générale au bloc opératoire à J+8.

Sortie du service

La sortie sera envisagée dans le meilleur des cas entre J+12 et J+15 avec des pansements par une infirmière à domicile et un rendez vous de consultation avec le chirurgien. La colostomie est le plus souvent provisoire. Lors des rendez vous de consultation postoperatoire, le chirurgien abordera le problème du rétablissement de la continuité digestive qui est possible 2 à 3 mois après.

Particularités du Hartmann

Dans ce type d'intervention relativement lourde, comportant un drainage pelvien au contact de la vessie, la sonde vésicale ne peut être enlevée avant le huitième jour après l'opération. Parallèlement, la perfusion du patient pourra être retirée.

Au niveau de la cicatrice, si l'aspect est normal c'est à dire non inflammatoire, les fils ou les agrafes pourront être enlevée au dixième jour post opératoire. Entre J+5 et la sortie le patient doit se familiariser avec sa colostomie . Il doit être capable de vidanger la poche et de refaire l'appareillage.

Incidents et complications

  • Abcès de paroi:

ce problème est relativement fréquent du fait de l'existence d'une péritonite (pu dans l'abdomen). Il se traduit par une inflammation de la cicatrice et par un écoulement local. Le traitement local peut parfois suffire associé à une antibiothérapie. Dans certains cas une réintervention est nécessaire.

  • Retard à la reprise du transit:

En cas de lavage intra abdominal insuffisant, la reprise du transit qui se manifeste par l'émission de gaz est retardée. Le patient reste ballonné avec une sonde gastrique productive (plus d'un litre par jour). Un simple repos digestif suffit souvent à régler le problème cependant la sortie est forcement retardée.

  • Fistulisation du moignon rectal:

Cette complication se produit dans 10 à 15 % des cas. Il s'agit d'une communication qui se crée entre le rectum et la cavité pelviènne. Elle se manifeste par une persistance de la fièvre et par des écoulements plus ou moins sanglants par l'anus. En cas de drainage abdominal efficace une réintervention n'est pas nécessaire. En revanche la sonde vésicale devra souvent être laissée en place plus longtemps.

En raison de la présence de la colostomie (abouchement du colon à la peau ou "anus artificiel"), l'équipe chirurgicale devra vérifier la bonne cicatrisation du colon à ce niveau. Une infirmière spécialisée (stomathérapeute) aidera le patient à faire face à ce handicap provisoire. Localement il peut se produire une désunion, une ulcération colique, une nécrose locale ou encore un plus à distance une éventration ou un prolapsus. Ces complications sont relativement rares.

Actus INTERVENTIONS

  • Chirurgie en "LIVE"

    La chirurgie en direct « live » offre à tous la possibilité de regarder la chirurgie en temps réel. Ce procédé montre...
  • Cure d’eventration par voie mixte

    Cette intervention comporte un temps de chirurgie classique et un temps de chirurgie cœlioscopique. La fin de l’intervention...
  • Le format "6K" en videochirurgie

    La technologie 6K est maintenant disponible depuis peu au bloc opératoire. Les chirurgiens se sont habitués à travailler...
  • Cholecystectomie chez le super-obèse

    La coelioscopie a transformé le pronostic de ce type d'intervention. Il n'est plus nécessaire de faire de grandes incisions...
  • Chirurgie colique "single port"

    Cette technique est une évolution naturelle de la cœlioscopie digestive. La paroi abdominale n'est plus le site de multiples...

>> Toutes les actualités

Vidéos INTERVENTIONS

>> Toutes les videos